Domaine Ludovic Engelvin

Selon le bon sens paysan, le vignoble de Ludovic Engelvin est travaillé dans le respect du vivant.Son domaine se répartit sur trois communes, au nord-ouest de Nîmes : Vicq-le-Fesq, qui accueille la cuverie logée dans une ancienne..
> Lire la suite
Ludovic Engelvin
Languedoc
Vic-le-Fesq
Grenache, Mouvèdre...
6 ha
Résultats 1 - 2 sur 2.
On vous parle de ce domaine

Selon le bon sens paysan, le vignoble de Ludovic Engelvin est travaillé dans le respect du vivant.Son domaine se répartit sur trois communes, au nord-ouest de Nîmes : Vicq-le-Fesq, qui accueille la cuverie logée dans une ancienne magnanerie en argile bleue du XIIème siècle et 3 ha de vignes (Grenache et Mouvèdre), Souvignargues et Aujargues pour 3 autres ha, exclusivement en Grenache. Dans cette optique naturelle, fut introduite à l'automne 2013 dans l'exploitation, la race raïole, brebis rustiques originaires du Piémont cévenol. Leur présence favorise la vie des sols. Outre la présence des brebis, les vieilles vignes destinées à la production des grands vins, sont travaillées sans aucune intervention mécanique. Les traitements sur les vignes, lorsqu'ils sont nécessaires, sont effectués à base de tisanes de plantes et d'huiles essentielles. Après un tri effectué directement à la vigne, les vendanges entièrement manuelles se font en caissettes afin de respecter l'intégrité du fruit. Les vinifications sont réalisées de manière naturelle, par levures indigènes, sans aucun adjuvant et sans soufre. Du raisin, point barre. Afin d'assurer la qualité de ses vins, la mise en bouteille s'effectue par gravité après une insignifiante adjonction de soufre avoisinant les 1 à 1,5 grammes par hectolitre.Ludovic Engelvin n’est pas un "fils de". Mais ce n’est pourtant pas par hasard qu’il découvrit le vignoble. Son grand-père déjà faisait son vin, en consommation personnelle. Quelques pieds de vigne. 

Plus tard, dans le populaire quartier de "La Gazelle", élevé par sa grand-mère, ce sera le premier contact avec la terre nourricière. Ludovic aurait pu faire mille métiers, rencontrer mille autres personnes, mais c’est la culture de la vigne, patrimoine méditerranéen, qui l’a happé, dès l’adolescence. C’est toute sa vie qu’il consacrera à Bacchus, depuis son stage de troisième jusqu’à un BTS Viticulture œnologie, à Nîmes, sa ville. Les diplômes ne sont pas tout. Ludovic prend son baluchon pour aller voir ailleurs, encore plus au sud, en Espagne, dans la région de la Rioja. Découverte, doutes, espoirs et surtout le désespoir de la découverte d’une usine à presser du raisin. Ludovic a d’autres idées, d’autres excellences en tête. Il reprend rapidement la route et s'autorise un rêve. Il sonne à la porte de Didier Dagueneau. Il a 19 ans. Dagueneau dira oui. Ce sera son armée, son « compagnonnage » aussi. Ces deux années passées chez cette figure emblématique du vignoble français le marqueront, à vie. L’expérience est précieuse, dense, riche, pas toujours facile ; mais elle montre des chemins possibles, des voies à suivre, ou pas. Rien n'est simple, rien n'est écrit. Il faut écrire soi-même. Le choix se portera sur une propriété de Vicq-le-Fesq, dans son Sud natal, à une trentaine de kilomètres de Nîmes. Retour aux origines pour la suite d’une trajectoire débutée l'année de ses 25 ans.


Newsletter

Inscrivez-vous et recevez toutes nos offres exclusives