Camin Larredya

Il s’agit pour Jean-Marc Grussaute de révéler le terroir du Jurançon et de signer les millésimes. Son travail méticuleux sur ces parcelles plantées jusqu’à 325 mètres d’altitude et protégées des vents violents d’ouest par un environnement..
> Lire la suite
J-Marc Grussaute
Sud Ouest
La Chapelle de Rousse
gros manseng (25 %), petit manseng (70%), petit courbu (5%)
9,5 ha
40000
vin bio : AB ECOCERT sauf pour la cuvée Costat Darrer
Résultats 1 - 1 sur 1.
On vous parle de ce domaine

Il s’agit pour Jean-Marc Grussaute de révéler le terroir du Jurançon et de signer les millésimes. Son travail méticuleux sur ces parcelles plantées jusqu’à 325 mètres d’altitude et protégées des vents violents d’ouest par un environnement de collines, est consacré à ses 4 cuvées de vin blanc sec, moelleux et liquoreux. Le gros manseng (25 % de l’encépagement) et le petit manseng (70%) se prêtent à ces vendanges tardives récoltées de la fin octobre à la mi-novembre. Le petit courbu (5% de l’encépagement) lui donne des vins secs. Des rendements raisonnables de 30 à 60 hl/ha sur le gros manseng et de 15 à 25 hl/ha sur le petit, donnent de la puissance et du caractère aux vins de Camin Larredya. D'abord en culture maraîchère, Jean Grussaute, le père y implante petit à petit des vignes de Petit et Gros Manseng et amène sa production de 4 hectares à la cave coopérative voisine jusqu’aux années 1970. Jean-Marc, son fils, lui, poursuit des études de viticulture et d’œnologie et en 1988 (à 20 ans) se retire de la coopérative pour se lancer dans un nouveau programme de plantation et de restructuration du chai. 

Aujourd’hui les cuves inox, le pressoir pneumatique et la climatisation ont modernisé les méthodes ancestrales. Les 8,5 hectares dont 4 en terrasses plus un hectare en achat de raisins occupent 10 personnes à temps plein. Jean-Marc Grussaute, retiré du rugby professionnel, a su s’entourer de voisins influents (Charles Hours du domaine du Clos Uroulat) et s’ouvrir aux nouvelles idées de maîtrise de la qualité (méthode Herody, du nom du chercheur en géologie et pédologie pour améliorer naturellement la fertilité des sols, consultation du cycle lunaire). Ainsi le sol est travaillé « à la paysanne », l’apport de compost et l’enherbement participent à cet effort qualitatif. La vigne est conduite « comme un jardin » : décoctions de plantes ou d’algues sans toutefois négliger la bouillie bordelaise ou le souffre si nécessaire. La vendange est pressée en entier sans levures exogènes, les températures controlées, l’élevage se fait en barriques avec batonnage (jusqu’à 18 mois sur lies pour la cuvée 100% petit manseng) .


Newsletter

Inscrivez-vous et recevez toutes nos offres exclusives